fr
en
Retour aux articles

Signature d’un mémorandum d’accord de recherche pour accélérer l’innovation autour de l’hydrogène

General Electric, GRTgaz, l’Ineris, McPHy et le réseau des Universités de Technologie Françaises ont signé un mémorandum d’accord de recherche pour accélérer l’innovation autour de l’hydrogène.

En associant des fleurons industriels français et des institutions académiques de premier plan, le mémorandum d’accord de recherche ambitionne d’accélérer l’innovation autour de l’hydrogène pour tous les usages, incluant les projets bas-carbone pour la production d’électricité au gaz et les applications industrielles.
Ce mémorandum établit un cadre de recherche sur l’hydrogène (H2) avec des ressources dédiées en France pour concevoir et mener un programme commun, favorisant la collaboration et l’innovation en faveur de la transition énergétique.

General Electric, GRT Gaz, l’Ineris, McPhy et le réseau des universités de technologie françaises (UTBM, UTC et UTT) ont annoncé la signature d’un mémorandum d’accord créant un cadre de recherche sur l’hydrogène pour la production d’électricité.
Cette collaboration vise à renforcer la connaissance en recherche et développement sur la production, le transport, le stockage, la distribution et la sécurité autour de l’hydrogène, pour toutes les utilisations y compris la production d’électricité. Elle permet de créer un pôle de recherche basé en France qui évaluera tout particulièrement l’application concrète de l’hydrogène comme carburant pour la production d’énergie par turbine à gaz. Outre l’intégration des systèmes nécessaires, ces travaux adresseront également la modélisation de leur fonctionnement, le développement des accessoires et des composants spécifiques, la sécurité et la certification des systèmes.

 

Cette collaboration associe :

  • GE Gas Power – un leader mondial en matière de technologie, de services et de solutions d’alimentation en gaz naturel ;
  • GRTgaz – un leader européen du transport de gaz et un expert mondial des systèmes gaziers. En France, l’entreprise exploite plus de 32 000 km de canalisations enterrées pour transporter le gaz des fournisseurs aux consommateurs raccordés à son réseau, et investit dans des solutions innovantes pour accueillir sur son réseau les gaz renouvelables et l’hydrogène ;
  • Ineris – L’Institut national de l’environnement industriel et des risques est l’expert public de référence dans le domaine des risques technologiques
  • McPhy – un groupe industriel spécialisé dans les équipements de production et de distribution d’hydrogène zéro carbone (électrolyseurs et stations de recharge) ;
  • Les universités de technologie française, l’UTBM à Belfort-Montbéliard, l’UTC à Compiègne et l’UTT à Troyes – ces trois institutions sont regroupées dans le réseau des universités de technologie (UT), dans une logique structurelle, de partage et de promotion d’un même modèle original de formation et de recherche. Ces trois institutions sont des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel ayant pour missions principales la formation d’ingénieurs et le développement de la technologie.

 

Ce nouveau cadre de recherche sur l’hydrogène comporte quatre volets, axés sur différents aspects du développement et de l’alimentation des centrales à gaz fonctionnant à l’hydrogène :

  • l’intégration du système et la modélisation de l’exploitabilité, visant à développer un modèle intégré de turbine à combustion et de stockage, de mélange et de consommation d’hydrogène, et à concevoir des solutions économiques correspondant aux besoins du marché. Ce modèle vise à développer une solution globale, centrée autour d’une turbine à gaz alimentée à l’hydrogène qui fournira de l’électricité à la demande et assurera la stabilité des réseaux dans un contexte de réduction des émissions de carbone ;
  • la R&D sur les accessoires et les composants pour la production de l’hydrogène, notamment le développement de matériels robustes (vannes, tuyaux flexibles, joints, analyseurs/détection, débitmètres, etc.), la simplification des systèmes de purge, ainsi que la technologie de séparation des gaz. Ce volet se concentre donc sur la qualification de tous les systèmes périphériques qui sont nécessaires au fonctionnement d’une centrale, aux fins de permettre la conversion des centrales à gaz existantes à des fonctionnements avec des taux d’hydrogène plus élevés dans le carburant ;
  • la sécurité et la certification des composants et des systèmes, pour garantir les normes de sûreté les plus élevées ;
  • une plateforme d’essais équipée d’un électrolyseur, pour mettre en pratique les concepts et solutions développées et les valider à échelle industrielle. Ce volet comprend l’amélioration des capacités du banc d’essai pour l’hydrogène sur le site de production de GE Gas Power à Belfort, où est fabriquée la turbine à gaz avancée 9HA.

Parallèlement à ces travaux, la création d’un dispositif de recherche sur l’hydrogène permettra d’accueillir des étudiants des établissements universitaires concernés, accompagné d’un financement initial et d’une supervision permettant de lancer le programme de recherche. Cette collaboration est conçue pour susciter l’intérêt des principaux acteurs européens ou nationaux de l’innovation en charge de l’ingénierie, du développement, de la production et de l’utilisation des systèmes H2 et de leurs étapes successives (faisabilité, ingénierie, installation/montage et mise en service de prototypes).

 

Lire le communiqué de presse dans son intégralité.

Michel Hardy, Délégué Programmes
Michel Hardy est Délégué Programmes pour les domaines Sécurité industrielle et Excellence opérationnelle. Il appuie les coordinateurs des programmes dans ces deux domaines. Cette vidéo présente son parcours et son rôle au sein de RICE.
Lire l'article
Sylvain Grand, Ingénieur de Recherche
Sylvain Grand, ingénieur de recherche, est expert en IOT et compteurs communicants. Il nous présente ses activités
Lire l'article
Voir aussi